top of page

Bogotá + Eldorado + Laguna de Guatavita

Dernière mise à jour : 1 avr. 2023

J'étais venue pour l'or. Je cherchais l'Eldorado. Je voulais raconter la légende dans mon troisième film et j'avais donc besoin d'images d'inserts pour mettre par dessus ma narration. Voilà où mes recherches m'ont menées.

Musée de l'or
Musée de l'or


Bogota


Du haut du Cerro Monserate, la vallée ou Bogota est construite ressemble à un monstre économique, avec ses gratte-ciel qui monte jusque dans les nuages de pollution. C'est une vue à ne pas rater pour comprendre l'importance de cette capitale. À l'intérieur, dans son centre historique, Bogota a gardé son authenticité de l'époque de la conquête espagnole. À la Cathédrale de l'Immaculée-Conception de Bogota de la place Bolivar, je me souviens avoir vu les plus belles portes de ma vie. Une colonie de pigeons fait le bonheur des touristes et des vendeurs ambulants, vendant de la nourriture pour que tu puisses les faire monter sur tes bras ou ta tête, pourquoi pas!


N'oubliez pas non plus le musée Botero, l'artiste le plus célèbre de la Colombie. Tout le monde aime ses personnages grassouillets, qui donnent le sourire autant aux petits qu'aux grands. Vous pouvez observer d'ailleurs ses oeuvres typiques partout dans le monde, nous avons vu l'une de ses sculptures à Yerevan, en Arménie! Si vous passez par Medellin, ses oeuvres sont exposées à ciel ouvert à la Plaza Botero.


Pour ma part, j'étais venue pour l'or. Je cherchais l'Eldorado. Je voulais raconter la légende dans mon troisième film, et j'avais donc besoin d'images d'inserts pour mettre par dessus ma narration. Nous avons commencé par visiter le musée de l'or. Nous n'avons pas été déçus, surtout pour le prix, (1,17$CAD)! Il ne faut pas le manquer, ils ont une collection hallucinante.

Les conquistadors aussi sont arrivés en Amérique du Sud pour l'or. Selon Marco Polo, il y en avait beaucoup. C'est à Bogota que la légende a commencé.


La Légende de l'Eldorado


Eldorado signifie ‘’Le doré’’ en espagnol et la légende est apparue dans la région de Bogotá: une contrée mythique supposée débordée d’or… Mais comment les conquistadors en sont-ils venus à une idée pareille?

Les origines de la légende de l'Eldorado sont profondément enfouies en Amérique du Sud, (littéralement). Comme toute légende qui se respecte, le mythe de l'Eldorado comporte quelques parcelles de vérité. En 1298, Marco Polo, marchand vénitien, écrit ‘‘le livre des merveilles’’. Dans cet ouvrage il décrit les différentes îles et villes qu’il a visité dans son voyage en Asie. Il décrit y avoir vu des pierres précieuses et de l’or en abondance.

En 1492, Christophe Colomb découvre l’Amérique alors qu’il croit découvrir les Indes décrites par Marco Polo… plusieurs années plus tard, les conquistadors se lancent donc à la recherche des cités d’or décrites par ce dernier en Inde alors qu’ils sont en Amérique! Marco Polo décrivait en fait probablement les célèbres pagodes aux toits d'or, situées en Birmanie.

Au début du 16e siècle, lorsque les explorateurs espagnols ont posé le pied en Amérique du Sud, une légende d’une tribu indigène leur avait été comptée: lors de l'arrivée au pouvoir d'un nouveau chef de tribu, une cérémonie au lac Guatavita célébrait son règne. Le nouveau dirigeant était recouvert de poudre d'or et se baignait dans le lac. Des bijoux précieux et des pièces d'or étaient jetés aussi dans les profondeurs, en vue d'apaiser un certain dieu s’y trouvant là…

La folie des chercheurs de l’Eldorado est allée très loin. En 1545, apparemment tentent-ils de vider le lac Guatavita pour trouver la cité qu’ils y croyaient enfouie. Le niveau du lac étant rendu au plus bas, ils y trouvèrent des centaines de pièces d’or sur le bord de la rive, mais bien sûr, aucune trace de ces merveilleuses cités d’or.


Laguna Guatavita
Laguna Guatavita

La Lagune Guatavita


J'étais alors vraiment curieuse d'aller voir cette lagune, située à 3000 mètres d'altitude. J'explique à mes compagnons de voyage à quel point il est important que j'aille filmer ce lac, comme images d'inserts pour le film. Nous nous dirigeons vers Zipaquira. De là, il faut faire encore au moins 1 heure de transport pour se rendre à la ville près de la lagune. Près d'une heure et demi plus tard, nous sommes finalement à la petite ville de Sesquilé, là où on nous dit qu'il est possible de se rendre à la Lagune. La pancarte le dit bien, c'est par là, dans 4 km... Je fais remarquer que c'est quand même loin à pied, mais les gars insistent pour marcher. Et là il y a un facteur qu'on a oublié de considérer: le mal de l'altitude. Bien que ce n'est rien comparé au Pérou ou en Bolivie, j'avais quand même de la difficulté cette journée-là à respirer, et l'équipement de tournage, quoi que relativement léger, pesait le double sur mes épaules. Voir des remèdes efficaces contre le mal de l'altitude.


La route pour se rendre à la Lagune de Guatavita
La route pour se rendre à la Lagune de Guatavita

Rendus à l'entrée du site, on nous dit qu'il n'est pas possible de se rendre à la lagune seuls, on doit être absolument accompagnés d'un guide. Dans le passé, du grabuge aurait été fait sur le chemin, et c'est pour l'éviter. Nous payons l'entrée de la réserve (6$) et suivons à contrecoeur le groupe de touriste et la guide. Nous apprenons toutefois certaines choses sur la végétation... des plantes mortelles que les indigènes utilisaient contre leurs ennemis... nous trouvons cela comique car la guide ne cesse de répéter ''here you could really appreciate...'' comme phrase clé... En réalité, on avait hâte qu'elle arrête de nous parler de la végétation car tout ce à quoi nous pensions, c'était d'arriver au lac. Ça faisait plus d'une demi-journée qu'on concentrait nos efforts là-dessus, après tout.


Le magnifique paysage lors du tour organisé
Le magnifique paysage lors du tour organisé

J'étais heureuse d'être devant la lagune, enfin, et de prendre les plans que j'avais besoin. J'essayais de me concentrer sur les énergies qui y rodaient, j'essayais de m'imaginer ces indigènes performant leur rituel dans le lac... mais la bande de touristes gâchaient un peu le tout.


Malgré tout, ce fut une journée mémorable. C'est peut-être ce jour-là que Michaël et Cameron comprirent que faire un film de voyage, c'est parfois beaucoup de temps de tournage, pour quelques minutes de visuel au final!


Mon Eldorado, que je trouvai au Musée de l'Or de Bogota!
Musée de l'Or de Bogota





Posts récents

Voir tout

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page