top of page

Rainbow Mountain (La Montaña de los Siete Colores/Vinicunca)

Dernière mise à jour : 26 mai 2023

La fameuse question: est-ce que les couleurs sont vraiment comme ça? Affirmatif! C’est vraiment un spectacle de la nature… si elle le veut bien!

rainbow mountain lama touristes
Rainbow Mountain


Première épreuve


Notre autobus privée reste prise dans la bouette/merde. Les torrents d’eau ont complètement détruit la route pour monter en voiture et ont fait glisser la terre sur les propriétés des pauvres locaux qui vont devoir tout remodeler lorsque la saison des pluies va se terminer. Pour le moment, nous avons deux alternatives. Soit nous attendons que le tracteur arrive et dégage le chemin pour que notre camionnette puisse passer (temps indéterminé), soit nous traversons toute cette merde à pied, pour ensuite nous engager à marcher ce que la camionnette n’a pas pu rouler à notre place, soit 1 km de plus.


Étant donné que c’était la troisième fois que ça nous arrivait (dont une fois en Équateur et une autre fois près de Nazca, en pleine nuit, au Pérou), on se disait que c’était comme ça, en Amérique du Sud, qu’il fallait s’attendre à des choses comme cela. Et, avec les années, j’avoue que c’est également à chaque fois ce qui me manque le plus de l’Amérique Latine et ce qui fait en sorte que j’ai envie d’y retourner: de se poser des questions où il n’y a souvent pas vraiment de réponse. De se dire: ‘’Mais pourquoi ils font ça comme ça? Mais comment ils ont patenté ça?” à force de voyager en Amérique Latine, la question finit par raccourcir à seulement ‘’mais…?” pour se souvenir que la réponse est “ah oui c’est vrai, faut pas trop se poser de question, icitte.”

Alors… quand notre chauffeur de tour privé nous a annoncé qu’il fallait marcher les deux pieds dans la merde pour voir ce pourquoi on avait payé pour, et, qu’en plus de cela, qu’il n’allait pas changer son horaire du temps pour accomoder ses clients, et qu’il repartirait quand même à l’heure prévu malgré tous les inconvénients, c’est peu dire que tous les occidentaux dans l’autobus avait des points d’interrogations dans le visage à savoir si c’était une blague ou non.


Mais figurez-vous donc que le choix fut presque unanime malgré tout, et que tout le monde se retrouva donc les pieds imbibés d’eau et de merde jusqu’aux chevilles, sauf le mec d’Argentine qui avait miraculeusement des bottes de pluies comme chaussures (clairement, lui, il a eu la meilleure révélation du mois!). La dame posh d’Angleterre, elle, avec ses souliers blancs neufs Adidas et son manteau en laine frappé rouge élégant, maquillée, cheveux pressés, par contre, ne la trouvait pas drôle. Ce n’est certainement pas ce qu’Instagram lui avait promis… D’ailleurs, elle n’a même pas essayé de continuer, elle a rebroussé chemin, les chevilles dans la merde, et est retournée dans l’autobus. Mais nous, nous persévérons. On est venu pour voir les couleurs de la montagne, pas les péruviens pelleter de la bouette.


personnes marchant dans la bouette rainbow mountain peru
Épreuve de la bouette

Deuxième épreuve


Nous sommes à près de 5200 mètres d'altitude dans les montagnes péruviennes. Il pleut/neige, nous avons littéralement la tête dans les nuages. Nous sommes étourdis par l’altitude, c’est la première fois que nous montons aussi haut de notre vie. Au moins, le tout est agréable, avec des nouveaux amis québécois que nous venons de nous faire, Julie et Louis-Philippe. Il fallait faire une ascension d’une heure et demie au moins. Par chance, nous étions bien équipés. Cela faisait 1 mois que nous étions au Pérou, et que nous nous étions finalement résignés: tous les jours, c'était un trek, au Pérou. On avait fini par laisser tomber notre vieille habitude de s’habiller à la mode pour enfiler la même chose tous les jours et à chiquer la feuille de coca comme de la gomme.


Lama montagne nuages
Ascencion vers le sommet de Rainbow Mountain

inukshuk brume rainbow mountain perou
Ascencion vers le sommet de Rainbow Mountain

Nous arrivons au sommet, nous pouvons voir un peu de loin. Nous allons enfin savoir si les couleurs sont aussi belles, si la nature le veut bien… Jusqu'à date, ce n’était pas évident, on espère un peu de chance. J’arrive au point de vue, essoufflée... je sors ma caméra… je me retourne pour me laisser la surprise du premier regard et… on ne voit rien! Les nuages sont épais de pluie, et nous voyons à peine les personnes à quelques mètres plus loin! Je ne pouvais pas y croire. Tout ce chemin, toute cette aventure, pour nada! Je ne saurais décrire mon désarroi…

Touristes Rainbow mountain nuages perou
Nuages devant le fameux point de vue de Rainbow Mountain

Michaël me dit: ‘’on doit redescendre…”. ce qui est vrai, car notre autobus allait repartir, et nous avions encore au moins une heure de descente. Nos nouveaux amis sont déjà partis en réalité depuis une quinzaine de minutes. Je traîne cependant de la patte… espérant au plus profond de mon cœur d’avoir de meilleures images. Mais je dois me contenter de ce que j’ai… Penaude, je range ma caméra.

Mais, pendant que nous redescendons, d’un seul coup, les nuages se dissipent, et tout le monde s’exclame de beauté. Les couleurs de Vinicunca (le vrai nom de Rainbow Mountain), créées par plusieurs composés minéralogiques accumulés sur toute la ligne du temps connue, nous sont dévoilées par une minuscule percée de soleil. Je cours pour profiter de ce cadeau offert par la nature. Je ressens de la gratitude. Parce que ce genre de miracle, offert par la Pachamama (si j’ose m’exprimer ainsi), nous arrive constamment, en voyageant. Remplie de gratitude, parce que j’ose être ici en ce moment, pour pratiquer le métier que j’aime. Je profite du moment présent au maximum de ce qui m’est permis de faire (en la présence des 300 autres touristes qui ressentent le besoin de poster sur Instagram la plus belle photo du moment).


Vallée de Rainbow Mountain perou couleurs montagne
Vallée de Rainbow Mountain

Vallée de Rainbow Mountain
Vallée de Rainbow Mountain

Le point de vue Rainbow Mountain perou
Le point de vue Rainbow Mountain

Maintenant satisfaite de ce que j’ai, et quand les nuages se décident à réapparaître, nous courons presque jusqu’en bas de la montagne en riant de bonheur. Le tracteur pour dégager le chemin de l’ébouli venait d’arriver.

Nous avions décidé, contre nos habitudes, et étant donné que nous avions considéré que c’était le temps de traverser en Bolivie bientôt, de faire un tour organisé d’une journée à Rainbow Mountain (ou La Montaña de los Siete Colores). Nous avons trouvé que c’était un excellent rapport qualité prix (autour de 19,50$ CAD, transport et nourriture inclus). Le tour commence avant l’aube et se termine après le souper.Je vous conseille de faire cette activité peut-être à votre retour de la Vallée sacrée de l’Inca et du Machu Picchu lorsque vous serez accoutumé à l’altitude. Le fameux point de vue s’élève effectivement à près de 5200 mètres. Même après 10 jours dans les alentours de Cusco et la Vallée de l’Inca, nous avons dû mâcher à répétition la feuille de coca durant notre ascension, et nous nous sommes sentis étourdis malgré tout.



Nous sommes un couple de cinéaste-nomades qui ont décidé de ne plus avoir de domicile fixe et de vivre partout à travers le monde tout en le documentant. Nous avons le défi de faire 10 longs-métrage autour du monde. Où sommes-nous? Vous pouvez le savoir en cliquant sur le lien suivant!




Posts récents

Voir tout

Kommentare


Die Kommentarfunktion wurde abgeschaltet.
bottom of page