• Elizabeth Plante

Comment j’ai économisé 1600 $ grâce à la surréservation de sièges!


Quand on commence à voyager seule à partir de 17 ans comme moi, on apprend vite à se débrouiller et à comprendre le fonctionnement des aéroports et des transporteurs aériens. Depuis aussi loin que je me rappelle, je cherche toujours comment économiser au maximum pour mon prochain voyage. Au mois de décembre, je suis passée à la vitesse supérieure grâce à la surréservation ou, comme on dit en anglais, l’overbooking. Je vous raconte ici comment j’ai fait 1600$ en crédits voyage avec Air Canada en achetant un seul billet à 500$ (c'est vrai, promis-juré!).

Tu veux la version courte de cet article? Regarde le Vlog d'Eli sur la surréservation et abonne-toi pour ne manquer aucun de mes trucs de voyageuse aguerrie!

Qu'est-ce que c'est, la surréservation?

Il faut savoir que toutes les compagnies aériennes ont des données et statistiques qui leur permettent de prévoir le nombre de passagers qui ne se rendront pas à temps pour l’embarquement, pour diverses raisons. Parfois c’est parce qu’ils ont une escale et que leur vol a du retard, parce qu’ils sont arrivés à l’aéroport 30 minutes avant leur vol (n’essayez pas ça!) et d’autres fois c’est parce qu’un passager est pris aux douanes ou à la sécurité. Pour s’assurer que tous les vols transportent un maximum de passagers, au lieu de vendre 150 billets pour un appareil qui offre 150 places assises, les transporteurs aériens vont donc laisser un ou deux ou trois passagers de plus acheter un billet pour un vol donné. Donc s’il y a 150 places à bord, ils vont par exemple vendre 151 billets.

C’est une pratique tout à fait légale, bien qu’elle occasionne souvent des inconvénients pour les passagers pressés d’arriver à destination. En effet, on ne sait jamais si on sera cette personne de trop qui devra rester au sol…

Quand votre vol est surréservé...

Dans le cas où, justement, tout le monde se présente et qu’il y a un passager de trop, la compagnie va généralement appeler au comptoir d’embarquement la dernière personne à s’être enregistrée pour lui faire état de la situation. La compagnie lui annonce ainsi qu’il ou elle ne pourra pas monter à bord puisqu’il n’y a plus de place. Cette personne a donc droit à une compensation en argent ou en crédit voyage selon le nombre d’heures qu’elle devra attendre pour le prochain vol en plus des coupons repas et une nuitée à l’hôtel si le vol est pour le lendemain.

Les compensations auxquelles vous avez droit

Lesdites compensations varient d’un transporteur aérien à l’autre. Air Canada offre entre 200 et 800$ par personne en crédit voyage plus les repas et la nuit à l’hôtel si nécessaire.

À titre informatif, voici les montants qu’offrent Air Canada et Porter Airlines quand un passager se voir refuser l’embarquement :

Pour un vol domestique (au Canada)

200 $ (retard inférieur à 2 heures)

400 $ (retard entre 2 et 6 heures)

800 $ (retard supérieur à 6 heures)

Pour un vol international

400 $ (retard inférieur à 4 heures)

800 $ (retard supérieur à 4 heures)

ATTENTION ! Si votre vol est annulé ou retardé pour des raisons hors du contrôle du transporteur aérien comme les caprices de dame Nature, vous n’avez pas droit aux mêmes compensations. Il y a toujours moyen de faire valoir votre cause auprès de votre compagnie aérienne à votre retour à la maison pour recevoir une meilleure compensation, mais c’est du cas par cas. Connaître ses droits en matière de transport aérien constitue un net avantage quand on voyage beaucoup.

Comment j’ai fait mon premier 800$ en crédit voyage !

L’automne passé, j’ai acheté un vol aller-retour Montréal-San Francisco pour les vacances de Noël. Le jour de mon départ, les conditions météo étaient mauvaises. Mon vol devait partir à 18h15 et arriver à 21h30 heure locale (donc minuit trente pour moi). Le vol a d’abord été retardé d’une heure… puis d’une heure encore… puis une autre heure ! Il était 21h15 quand l’agente de bord a annoncé qu’à cause du mauvais temps, il y avait une restriction de poids, ce qui veut dire qu’Air Canada devait ajouter plus de carburant dans l'appareil pour des raisons de sécurité. Ils devaient donc trouver 15 volontaires qui prendraient le vol du lendemain afin que l'appareil soit plus léger. Mon vol avait déjà été retardé de 3 heures, j’allais atterrir à San José à 3 heures du matin (Bonjour la nuit blanche !), alors quand ils ont annoncé qu’ils offraient 800 $ pour partir le lendemain matin en plus de l’hôtel pour dormir, j’ai sauté sur l’occasion.

Après qu’on m’ait remis tous les documents dont j’avais besoin, je me suis rendue à l’hôtel tout près de l’aéroport et j’y ai dormi comme un bébé en sachant que j’étais plus riche de 800$! À mon arrivée à l’aéroport le lendemain, j’ai toutefois appris que quelques minutes après que les volontaires (moi et les autres) soient partis vers leur hôtel, le vol qui était retardé a été carrément annulé à cause de la météo !!! Ce qui veut dire que les pauvres passagers qui ne se sont pas portés volontaires et qui nous ont vus partir avec 800$ ont, eux, reçu 10% de rabais sur leur prochain achat… (N.B. Une telle situation est rare et si sentez que vous avez été lésés en tant que consommateur, vous pouvez porter plainte à la compagnie aérienne.)

Dès mon retour à la maison, j’ai pris mon crédit voyage pour réserver mon billet afin de passer le mois de février avec mon amoureux. Prenez note que le crédit voyage ne s’applique qu’à la portion « tarif » du billet et que vous devez payer les taxes de votre poche. Tout de même, payer 95$ en taxes pour me rendre sur la côte Ouest avec un vol direct, c’est ce que j’appelle payer vraiment pas cher pour un billet d’avion.

Une escale payante !

Ainsi, à la fin février, mon vol de retour allait comme suit : San José – Vancouver – Montréal. J’avais une escale d’un peu plus d’une heure à Vancouver. Cette fois, j’espérais très fort que mon vol soit encore surréservé pour trois raisons :

1- D’abord, un autre crédit voyage pour voyager pas cher, ça se prend bien !

2- J’avais jamais vu Vancouver et je me disais qu’y passer quelques heures ce serait sympa pour explorer un peu la ville.

3- J’ai rencontré une Québécoise à Madrid il y a 10 ans et nous sommes restées en contact même si on ne s’est pas vues depuis. Elle habite maintenant à Vancouver alors cette escale était l’occasion où jamais de la revoir

J’avais tout planifié ! Mon bagage à main contenait tout le nécessaire pour passer 24 heures à Vancouver, j’avais vérifié s’il restait des billets à vendre la veille pour mon vol et il n’y en avait plus. C’est à ce moment que j’ai texté mon amie : « Léonie, vient me rejoindre à l’aéroport demain, le vol est plein à ce que je vois. Je m’essaie pour passer la journée avec toi ! On se voit là-bas ! »

Une fois les douanes et la sécurité passées, je me suis rendue à ma porte d’embarquement. J’étais déjà une des dernières à embarquer à cause d’un retard sur mon vol précédent, alors je suis tout de suite allée au comptoir pour savoir s’il y avait une chance que je reste au sol. Il restait 5 minutes avant de fermer les portes. Ils venaient tout juste d’annoncer à un passager qu’il devrait sûrement patienter jusqu’au prochain vol puisqu’il n'y avait pas de siège pour lui. Je me suis tout de suite portée volontaire pour prendre sa place. Quand l’employée d’Air Canada a vu que ça me faisait tellement plaisir de me faire "bumper" et que le passager ne voulait vraiment pas manquer son vol, ils nous ont échangés!

Je suis restée finalement presque 24 heures à Vancouver, j’ai passé du temps avec mon amie, j’ai passé une bonne nuit à l’hôtel, j’ai fait la journée du passager qui devait voir son fils à tout prix et… j’ai économisé un autre 800$ sur mes prochains vols.

Mine de rien, je roule encore sur mes crédits de voyage qui totalisent 1600$. J’en suis à mon 3e aller-retour grâce à un seul billet déboursé environ 500$ l’automne passé.

Voici quoi faire si tu ne veux pas te faire "bumper"

  • Quand vous voyez sur votre billet qu’il faut se présenter à l’aéroport 90 minutes d’avance, arrivez 90 minutes (et plus) à l’avance !

  • Enregistrez-vous en ligne la veille (24 heures à l’avance). Vous mettez les chances de votre côté.

  • Les compagnies aériennes ont des priorités d’embarquement. Ainsi, seront priorisés les passagers ayant une déficience, les enfants non accompagnés et les passagers qui paient un supplément pour la classe affaires ou privilèges.

  • Finalement, si vous êtes membre du programme de fidélisation de la compagnie, vous avez moins de chances d’être touchés. Si, comme moi, vous êtes membre Aéroplan et vous voulez rester au sol, il faut le mentionner le plus tôt possible au comptoir d’embarquement.

Vous voulez profiter de la surréservation la prochaine fois? Suivez ces conseils:

  • Avant d’accepter, assurez-vous de demander à l’agent de bord quand sera le prochain vol disponible et sa durée (correspondances) afin d’être certains que le nouvel itinéraire vous convienne. Demandez à avoir des bons repas et la nuitée à l’hôtel si le vol est le lendemain. Si vous insistez gentiment, ils peuvent vous donner plus d’un bon repas…

  • Si vous êtes membres du programme de fidélisation de la compagnie aérienne avec laquelle vous voyagez, il se peut que tous les sièges en classe économique soient pris, mais qu’il en reste en classe affaires. Dans ce cas, vous serez privilégiés pour le surclassement.

  • Choisissez minutieusement votre vol ; oui, le prix le plus économique est ce qu’on recherche le plus souvent. Par contre, choisir un vol qui est régulièrement plein vous donnera la chance d’économiser bien plus d’argent en voyage! Optez pour un vol en le samedi matin, le dimanche soir ou bien le matin en semaine. Les vols du matin sont souvent surréservés et trouvent moins facilement des volontaires puisque les passagers qui voyagent pour affaires n’ont pas autant de flexibilité que les vacanciers.

  • Durant les périodes achalandées comme les vacances de Noël, l’Action de Grâce et les longs weekends, vous avez de fortes chances que votre vol soit surréservé. Vous payez déjà un montant exorbitant pour visiter vos proches ou prendre des vacances pendant cette période ; maximisez votre investissement et soyez prêt à patienter un peu plus longtemps à l’aéroport pour revenir à la maison… pas besoin de dire à votre employeur que vous vous êtes porté volontaire pour manquer votre vol de retour…

  • Assurez-vous d’avoir le minimum de vêtements et d'articles de toilette dans votre bagage à mains. Parfois, le temps manque au personnel pour enlever votre valise enregistrée de l’avion avant le décollage. Si vous passez 5 heures supplémentaires à l’aéroport ou si vous devez passer la nuit à l’hôtel, vous serez heureux de pouvoir vous rafraîchir avant de partir.

Finalement, en voyage, c’est quand on part l’esprit ouvert et prêt à parer à toute éventualité qu’on en ressort avec les plus belles expériences. La prochaine fois que vous partez en vacances, pensez à votre horaire qui est peut-être réglé au quart de tour… Pour une journée perdue à l’aéroport, un peu de flexibilité peut rapporter gros et vous permettre des vacances encore plus belles la prochaine fois ! Vous avez aimé cet article? Abonnez-vous à notre chaîne YouTube pour nous suivre à travers le Canada en 2017.

_________________________________________________

Les Films Oiseau de nuit, c'est 10 ans, 10 films et un tour du monde. Après avoir réalisé un premier film sur les États-Unis (Nomades: 35 jours aux États-Unis), notre équipe est désormais en tournage pour Repères. Notre deuxième long-métrage de voyage portera sur le Canada. #tournagerepères #filminglandmarks

#escale #TourdelaPaix #Vlog #Voyage #hôtel #vacances #voyage #économiser #épargner #surréservation #overbooking #billetsdavion #volpascher #pascher

157 vues
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram Black Round
  • YouTube - Black Circle

Nouveau Blog !

↬Ne manquez rien sur l’envers du tournage des films et sur le monde à la fois!↫

Contactez-nous / Contact Us