• Films Oiseau de nuit

Aventure de Tournage : Bogotá

L’Eldorado, signifie ‘’Le doré’’ en espagnol et la légende est apparue dans la région de Bogotá: une contrée mythique supposée débordée d’or… Mais comment les conquistadors en sont-ils venus à une idée pareille?

Musée de l'or

La Légende de l'Eldorado

Les origines de la légende de l'Eldorado sont profondément enfouies en Amérique du Sud, (littéralement). Comme toute légende qui se respecte, le mythe de l'Eldorado comporte quelques parcelles de vérité. En 1298, Marco Polo, marchand vénitien, écrit ‘‘le livre des merveilles’’. Dans cet ouvrage il décrit les différentes îles et villes qu’il a visité dans son voyage en Asie. Il décrit y avoir vu des pierres précieuses et de l’or en abondance.

En 1492, Christophe Colomb découvre l’Amérique alors qu’il croit découvrir les Indes décrites par Marco Polo… plusieurs années plus tard, les conquistadors se lancent donc à la recherche des cités d’or décrites par ce dernier en Inde alors qu’ils sont en Amérique! Marco Polo décrivait en fait probablement les célèbres pagodes aux toits d'or, situées en Birmanie.

Au début du 16e siècle, lorsque les explorateurs espagnols ont posé le pied en Amérique du Sud, une légende d’une tribu indigène leur avait été comptée: lors de l'arrivée au pouvoir d'un nouveau chef de tribu, une cérémonie au lac Guatavita célébrait son règne. Le nouveau dirigeant était recouvert de poudre d'or et se baignait dans le lac. Des bijoux précieux et des pièces d'or étaient jetés aussi dans les profondeurs, en vue d'apaiser un certain dieu s’y trouvant là…

La folie des chercheurs de l’Eldorado est allée très loin. En 1545, apparemment tentent-ils de vider le lac Guatavita pour trouver la cité qu’ils y croyaient enfouie. Le niveau du lac étant rendu au plus bas, ils y trouvèrent des centaines de pièces d’or sur le bord de la rive, mais bien sûr, aucune trace de ces merveilleuses cités d’or.

Laguna Guatavita

La Lagune Guatavita, aussi difficile à trouver que l'Eldorado!

Cette histoire vous fascine? Moi aussi! J'étais alors vraiment curieuse d'aller voir cette lagune, située à 3000 mètres d'altitude. Tout le tournage à Bogota était centré sur prendre des plans pour soutenir cette petite histoire que je viens de vous raconter. Nous sommes donc allés au Musée de l'or (soit dit en passant très impressionnant pour 2$) J'explique à mes compagnons de voyage à quel point il est important que j'aille filmer ce lac, comme images d'inserts pour le film. Drôlement, mon idée ne fait pas fureur, mais je réussis tout de même à les convaincre de m'accompagner. Peut-être est-ce parce que la lagune est relativement éloignée de Bogota, où nous avions découvert le Tejo, sport national colombien que les gars adorait? Bref, nous nous dirigeons vers Zipaquira, lieu populaire à cause de sa cathédrale de sel. On nous explique qu'il faut, à partir de Zipaquira, faire encore au moins 1 heure de transport pour se rendre à la ville près de la lagune. Rien ne m'arrête, je veux réellement y aller. Je propose, côté simplicité, que peut-être il serait mieux de prendre un tour organisé, mais les gars aimeraient mieux qu'on s'y rende par nos propres moyens, donc j'accepte étant donné que déjà, ils ont fait un compromis pour moi. C'est relativement simple le transport en Colombie, aussi simple que de demander au chauffeur à l'arrêt s'il se rend près de la Laguna Guatavita, si oui, nous embarquons! Près d'une heure et demi plus tard, nous sommes finalement à la petite ville de Sesquilé, là où on nous dit qu'il est possible de se rendre à la Lagune. La pancarte le dit bien, c'est par là, dans 4 km... Je fais remarquer que c'est quand même loin à pied, mais les gars insistent. Et là il y a un facteur qu'on a oublié de considérer: le mal de l'altitude. Bien que ce n'est rien comparé au Pérou ou en Bolivie, j'avais quand même de la difficulté cette journée-là à respirer, et l'équipement de tournage, quoi que relativement léger, pesait le double sur mes épaules!

La route pour se rendre à la Lagune de Guatavita

Vers la fin, je n'en peux plus, et je supplie les gars de prendre un taxi ou un collectibus (il y en avait un qui semblait passer)... finalement, on finit par abréger mes souffrances (et pendant que j'écris cela, je me rappelle notre aventure au Cotopaxi que j'écrirai un jour, et je me dis que ce n'était pas si mal)!

Rendus à l'entrée du site, on nous dit qu'il n'est pas possible de se rendre à la lagune seuls, on doit être absolument accompagnés d'un guide. Dans le passé, du grabuge aurait été fait sur le chemin, et c'est pour l'éviter. Nous payons l'entrée de la réserve (6$) et suivons à contrecoeur le groupe de touriste et la guide. Nous apprenons toutefois certaines choses sur la végétation... des plantes mortelles que les indigènes utilisaient contre leurs ennemis... nous trouvons cela comique car la guide ne cesse de répéter ''here you could really appreciate...'' comme phrase clé... En réalité, tout ce à quoi nous pensions, c'est au fichu lac! Ça faisait plus d'une demi-journée qu'on concentrait nos efforts là-dessus, on avait hâte d'y arriver!

Le magnifique paysage lors du tour organisé

J'étais heureuse d'être devant la lagune, enfin, et de prendre les plans que j'avais besoin. J'essayais de me concentrer sur les énergies qui y rodaient, j'essayais de m'imaginer ces indigènes performant leur rituel dans le lac... mais la bande de touristes gâchaient un peu le tout. Je n'ai donc pas trouvé mon Eldorado, et c'est ce qui m'a un peu déçue! Je croyais réellement y vivre quelque chose de spécial... Peut-être avais-je trop d'appréhensions?

Je ne cessais de répéter aux gars ''vous allez voir, vous allez pas le regretter quand vous verrez ce que ça donne!'' mais je dois l'avouer, ce n'était pas l'activité que j'ai préféré lors de mon séjour en Colombie.

Malgré tout, ce fut une journée mémorable. C'est peut-être ce jour-là que Michaël et Cameron comprirent que faire un film de voyage, c'est parfois beaucoup de temps de tournage, pour quelques minutes de visuel au final!


Je vous épargne le trajet du retour qui fut entrecoupé de la recherche incessante de pollo frito par Michaël et le fait que nous sommes arrivés 1h trop tard pour aller voir la fameuse Cathédrale de Sel! Déceptions après déceptions! On se reprendra cependant dans la prochaine aventure...


À suivre, le désert de la Tatacoa!


Partagez à quelqu'un qui aime voyager 🖤


Vous êtes curieux de ce que les plans ont donnés finalement?!

Le film Aurora sera disponible sur https://www.filmsoiseaudenuit.com/aurora

Le 17 septembre 2020.


↬Merci de nous suivre autour du monde!↫

Mimi Tremblay

Réalisatrice Films Oiseau de nuit

Sur Instagram | Facebook @Filmsoiseaudenuit


Films Oiseau de nuit est un OBNL audiovisuelle basée à Bromont, Québec, Canada, depuis 2015. ↠Notre Défi : 10 films de voyage autour du monde.

↠ Notre Mission : Créer une communauté de gens épanouis et passionnés qui prônent la découverte de soi et des autres pour un monde plus ouvert et pacifique.

# Vous inspirer à vivre de vos rêves!

Mon Eldorado, que je trouvai finalement au Musée de l'Or de Bogota!

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram Black Round
  • YouTube - Black Circle

Nouveau Blog !

↬Ne manquez rien sur l’envers du tournage des films et sur le monde à la fois!↫

Contactez-nous / Contact Us